Redémarrage de «Zimdollar»: Bitcoin comble des lacunes en matière de liquidité alors que la nouvelle devise zimbabwéenne s'effondre – Actualités Bitcoin

Redémarrage de «Zimdollar»: Bitcoin comble des lacunes en matière de liquidité alors que la nouvelle devise zimbabwéenne s'effondre

 – Actualités Bitcoin

Le commerce P2P bitcoin est en hausse au Zimbabwe via des plateformes d'échanges mobiles comme Ecocash, malgré les récents efforts du gouvernement pour limiter l'utilisation de monnaies concurrentes sur le marché local. À compter du 24 juin, le dollar zimbabwéen rétabli (anciennement le dollar RTGS) est désormais la seule monnaie reconnue dans ce pays d'Afrique australe en crise économique. Le ministre des Finances, Mthuli Ncube, voit dans cette initiative un moyen d’assumer le contrôle de la re-dollarisation et de renforcer les contrôles et la stabilité. D'autres voient dans la nouvelle monnaie une décision désastreuse ouvrant la voie à une hyperinflation persistante.

Lisez également: Les projets de crypto-monnaie à la recherche de la décentralisation

Redémarrage de «Zimdollar»: Bitcoin comble des lacunes en matière de liquidité alors que la nouvelle devise zimbabwéenne s'effondre
Un billet d’obligation zimbabwéen de deux dollars.

Le RTGS Dollar

Depuis l’abandon du dollar zimbabwéen, extrêmement gonflé en astronomie, en 2009, la Banque de réserve du Zimbabwe est passée à un panier de monnaie internationale pour tenter de stabiliser l’économie. En février de cette année, le chef de la banque centrale, John Mangudya, a annoncé la mise en œuvre du dollar RTGS (règlement brut en temps réel), une nouvelle monnaie dont la parité est égale à 1: 1 par rapport au dollar américain.

Bien que le passage à RTGS visait apparemment à mieux équilibrer l’économie et à rétablir la souveraineté économique du Zimbabwe, tout le monde n’a pas accepté que cette démarche soit valable, voire même bien intentionnée.

De nombreux Zimbabwéens ont des économies et des couvertures importantes sous la forme de dollars américains, et le mouvement soudain a été un coup dur économique. Selon le chef de l'opposition zimbabwéenne, Nelson Chamisa:

La déclaration de politique monétaire est une catastrophe qui érodera les moyens de subsistance, plongera la nation dans l’obscurité et l’incertitude.

Redémarrage de «Zimdollar»: Bitcoin comble des lacunes en matière de liquidité alors que la nouvelle devise zimbabwéenne s'effondre
Les dollars du Zimbabwe après l'hyperinflation.

Dollar zimbabwéen: une nouvelle version d'une ancienne monnaie

Maintenant, le dollar RTGS est une vieille nouvelle et, à la fin du mois de juin, une version remaniée du dollar zimbabwéen est revenue, remplaçant et avalant le RTGS. La Banque centrale et le gouvernement ont pris des mesures audacieuses pour interdire les transactions locales en dollars des États-Unis, en livres sterling et dans d’autres monnaies. Le dollar zimbabwéen comprend les pièces de monnaie, les balances électroniques, le dollar RTGS et les billets obligataires qui ont été introduits pour la première fois en 2016.

Dans une déclaration officielle du 24 juin, le ministre des Finances Ncube a confirmé:

La livre sterling, le dollar américain, le rand sud-africain, le pula du Botswana et toute autre monnaie étrangère que ce soit n'ont plus cours légal aux côtés du dollar zimbabwéen dans les transactions au Zimbabwe.

Les spéculations sur les raisons pour lesquelles les responsables ont pris cette décision varient, mais les économistes locaux s'accordent généralement pour dire que l'objectif de cette initiative est de mettre fin à la reconduction de l'économie, certains prétendant même que la répression est essentiellement politique et qu'elle est entreprise pour d'autres raisons. Mais le dollar américain et les autres devises ne sont pas les seuls concernés par le redémarrage. Les bitcoins et autres crypto-monnaies (déjà illégales en 2017) connaissent une demande accrue en raison de la nouvelle politique.

Bitcoin Trading Stays Peer-to-peer, Liquidating Dollars

Bien que le règlement de transactions locales avec autre chose que le nouveau dollar zimbabwéen soit illégal, l'échange de monnaies concurrentes en P2P est toujours possible grâce aux plateformes de trading populaires telles que le service zimbabwéen Ecocash et localbitcoins.com.

Redémarrage de «Zimdollar»: Bitcoin comble des lacunes en matière de liquidité alors que la nouvelle devise zimbabwéenne s'effondre

De nombreux organes de presse ont repris cette idée et ont affirmé plus tôt ce mois-ci que le bitcoin se négociaait pour plus de 75 000 dollars au Zimbabwe sur la plateforme de négociation populaire localbitcoins.com. Alors que quelques prix se situaient temporairement dans cette fourchette, le phénomène était probablement dû à la valeur de l’USD détruite localement. Cela dit, en l’absence d’échanges légaux établis, la valeur de dollars américains du marché noir reste lucrative et viable.

Selon une agence de presse locale, ce qui a été observé ces dernières semaines est une tentative de liquider le dollar par échange de bitcoins. Utilisant des canaux tels que Paypal et Western Union, les Zimbabwéens tentent de préserver le plus de valeur possible en ces temps instables.

En fait, il semble y avoir pratiquement deux économies à présent: celle qui reste liée au dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale et le modèle nouvellement imposé en dollars du Zimbabwe. Alors que les marchés noirs existent partout, dans des contextes économiques difficiles comme celui-ci, les marchés alternatifs exercent une influence beaucoup plus profonde.

Redémarrage de «Zimdollar»: Bitcoin comble des lacunes en matière de liquidité alors que la nouvelle devise zimbabwéenne s'effondre

Deux économies côte à côte

Avant la réapparition du «Zimdollar» et du RTGS, le gouvernement avait mis en place un système de billets et de pièces en obligations en 2016, censé être rattaché à l'USD. Ce plan a échoué car le chômage, le manque d’exportations et le manque d’argent physique ont créé un marché noir lucratif, dans lequel l’USD avait une valeur supérieure à celle des actifs supposés.

De nombreux économistes et résidents du Zimbabwe sont sceptiques quant à la nouvelle politique financière, affirmant qu'un simple changement de nom ne dénote pas un réel mouvement ou progrès économique. Quand une pizza peut coûter la moitié du salaire d’un enseignant gouvernemental, cela n’est pas surprenant. Certains déclarent même que le décret unilatéral de Ncube est illégal. Selon l'avocat basé à Harare, Godfrey Mupanga:

La modification d'une législation principale est un pouvoir législatif principal qui ne peut être exercé que par le Parlement.

Cette décision soudaine de l'État, qui crée effectivement une économie synthétique non liée aux signaux de prix organiques, pourrait créer de nouveaux risques. La dynamique gagnée par les canaux du marché noir et gris, ainsi que par les efforts de liquidation via des plates-formes de paiement en ligne, illustre bien le conflit.

Redémarrage de «Zimdollar»: Bitcoin comble des lacunes en matière de liquidité alors que la nouvelle devise zimbabwéenne s'effondre

Retrait de devises étrangères, tendance globale à la liquidité

À l’heure actuelle, les particuliers peuvent retirer jusqu’à 1 000 USD par jour en espèces sur des comptes étrangers dans le pays. Les entreprises doivent demander une autorisation spéciale si elles le souhaitent. Selon Mangudya, les entreprises et les particuliers au Zimbabwe détiennent actuellement environ 1,3 milliard de dollars sur ces comptes à l'étranger.

Alors que les déficits de liquidité sont comblés par des monnaies et des marchés alternatifs dans le monde entier, les gouvernements et leurs banques centrales respectives continuent de réglementer unilatéralement leur économie afin de surmonter les difficultés financières. Bien que certains économistes prédisent que le nouveau dollar zimbabwéen va échouer, d'autres affirment que la dette en dollars américains peut être honorée. Le problème est bien entendu de savoir quel taux de marché sera choisi.

La nouvelle politique du Zimbabwe a continué d’encourager les acteurs du marché à obtenir de la valeur en dehors des moyens officiels approuvés par l’État. À l’échelle mondiale, des mouvements similaires se poursuivent à une plus grande échelle, certaines économies nationales cherchant à s’éloigner du dollar américain. Même dans les pays dotés de systèmes relativement développés et établis, les individus cherchent à se protéger de leurs paris via une crypto et de l'argent étranger. Ce mouvement organique global vers la liquidité semble se refléter au Zimbabwe, en dépit de la réglementation de l'État.

Que pensez-vous de la décision de la Banque de réserve du Zimbabwe de rétablir le dollar zimbabwéen? Faites-nous savoir dans la section commentaires ci-dessous.


Crédits image: Shutterstock, Fair use


Saviez-vous que vous pouvez vérifier toute transaction Bitcoin non confirmée avec notre outil Bitcoin Block Explorer? Complétez simplement une recherche d'adresse Bitcoin pour l'afficher sur la blockchain. De plus, consultez nos graphiques Bitcoin pour voir ce qui se passe dans l’industrie.

Graham Smith

Graham Smith est un expatrié américain vivant au Japon et le fondateur de Voluntary Japan, une initiative dédiée à la diffusion des philosophies de la non-scolarisation, de la propriété individuelle et de la liberté économique au pays du soleil levant.

A noter dans la collection « Pour les Nuls – Vie numérique », la sortie de Bitcoin pour les nuls : « Le Bitcoin est une technique pair à pair qui marche sans autorité centrale. La gestion des transactions et la création de bctoins est prise en charge collectivement par le réseau. Le Bitcoin est libre et non fermé. Sa fabrication est publique, personne ne possède et même ne contrôle Bitcoin et tous peuvent s’y contacter. Grâce à plusieurs de ses propriétés uniques, il rend possible des emplois prometteurs qui ne pas être couverts par les systèmes de paiement précédents. Il permet des paiements électroniques avec, par exemple, un téléphone mobile, des opérations sécurisées par cryptographie et des transferts de sous élevées et peu onéreux. »Au sommaire Qu’est-ce que le bitcoin ? Se constituer un wallet digital Créer une adresse Bitcoin Vous préserver contre les hackers et surveiller vos btc Effectuer des transactions

le bitcoin au-dessus de 10. 000 dollars pour la première fois depuis mars 2018 Après l’annonce du projet Libra de Facebook, les monnaies digitales connaissent un rebond qui se traduit par l’appréciation du btc. Faut-il avoir peur de Libra, la monnaie virtuelle de Facebook ? Facebook va lancer début 2020 sa saine monnaie virtuelle, qui servira à payer des produits et des services grâce à ses applications. Une révolution qui peut aussi inquiéter. Le cours de la cryptomonnaie bitcoin franchit la barre des 7. 000 dollars Le cours de la cryptomonnaie bitcoin, la principale monnaie virtuelle décentralisée, a franchi ce w-e les 7. 000 dollars, pour la première fois depuis septembre. Japon : Karpelès, baron déchu du bitcoin, condamné à de la prison avec sursis Vendredi, le français Mark Karpelès a été condamné à de la prison avec sursis, soit bien moins que ce que préconisaient les réquisitions. Des bctoins bientôt proposés dans les bureaux de tabac : ‘ Le buraliste de mon grand-père, ce n’est plus d’actualité ‘ Interrogé mercredi sur Europe 1, Philippe Coy, le président de la Confédération des buralistes estime qu’autoriser les buralistes à vendre des btc est une manière de changer ce métier. Chute du Bitcoin : ‘ Je savais que le risque était génial ‘ 6 mois après avoir s’être échangé dans les environs des 20. 000 dollars l’unité, le cours du Bitcoin s’est effondré pour atteindre les 5. 500 dollars. Une chute qui plonge les particuliers qui s’étaient laissé charmer dans l’inconnu avec une question : faut-il revendre ?

Le Bitcoin est une monnaie électronique, parfois appelée cryptomonnaie, la plus connue d’entre elles étant la première monnaie électronique sur la planète extrêmement décentralisée. Le Bitcoin est échangé grâce au système de pair à pair ( peer-to-peer ) avec une distribution nommé la « Blockchain ». Le taux de change du Bitcoin face au dollar américain et d’autres devises majeures, est déterminé selon l’offre et la demande comme pour les autres taux de change. La valeur de partages du Bitcoin s’est révélée volatile à cause des piques instantanés de forte demande. Cependant, beaucoup voient dans le Bitcoin, comme une valeur refuge par rapport aux devises fiduciaires soutenues par le gouvernement. Le BTC ( le mot du Bitcoin ) est activement échangé face aux majeures devises mondiales sur des marchés décentralisés. Les Bitcoins sont conservés dans des portefeuilles de Bitcoin, qui dépendent des clés privées et de la cryptographie pour sécuriser ses Bitcoins à une entité ou à un utilisateur spécifique. Par comparaison avec les monnaies mondiales classiques, le Bitcoin reste assez complexe à appliquer sur des opérations régulières. Mais l’intérêt de plus en plus grand et les importants investissements mondiaux dans le portefeuille Bitcoin et la technologie Blockchain, ont néanmoins fait que l’achat et la vente de Bitcoin soient beaucoup plus accessibles à le bénéficiaire qu’auparavant. En effet, la tolérance croissante des entités gouvernementales a amélioré l’ambiguïté du statut juridique et obligatoire pour le Bitcoin et ses plateformes d’échanges. Vous pouvez trouver l’historique du prix du Bitcoin sur notre graphique et les dernières dernieres nouvelles et analyses sur le taux de change de Bitcoin. Obtenez votre guide de trading sur les crypto-monnaiesDécouvrez en quoi les cryptomonnaies bouleversent les catégories d’actifs telles que nous les connaissonsQuelles sont les particularités des monnaies digitales et qu’est-ce qui les rend uniques ? Faites la part entre ’esprits animaux’ et investissements rationnels dans ce marché explosif Téléchargez le guide sur cryptomonnaies

Le Bitcoin intrigue, inquiète et fascine, et depuis quelque temps tous les réseaux généralistes s’y intéressent. J’ai décidé de faire le point sur cette invention : qu’est ce que les Bitcoins ? Comment ça fonctionne ? Quel sont ses avantages et ses inconvénient. Bitcoin, c’est quoi ? Bitcoin est un système de paiement peer-to-peer. C’est une monnaie virtuelle ne dépendant d’aucune banque centrale et qui permet anonymement de solutionner des en ligne sans taxe et sans intermédiaire. Il est envisageable d’échanger ses Bitcoins contre d’autres monnaies ce qui en fait une véritable devise monétaire sujet à la spéculation. Stocké dans un portefeuille web ( un simple software ), les transactions sont chiffrées : on ne sait pas qui envoie chez vous et qui reçoit l’argent ce qui, pour certains, favoriseraient les établissements illicites. D’ailleurs, tout le monde a commencé à parler de Bitcoin lors de la serrure de notre plateforme Silk Road, un supermarché de la drogue dans le darknet. Pourtant, Bitcoin n’est pas un concept créer par des mafieux. Il s’agit d’une compétence à l’échelle mondiale… Comment ça fonctionne les bctoins ? Bitcoin fonctionne avec un software et un protocole qui permet aux utilisateurs d’émettre des bitcoins et de assurer les opérations de façon collective et automatique. Le bon fonctionnement des négoces est par une organisation générale que tout le monde peut expertiser, car tout y est public : les protocoles de base, les algorithmes cryptographiques employés, les programmes les rendant compétents, les datas des comptes et les débats des programmeurs. Bitcoin se base sur une base de données distribuée : la blockchain. elle est à voir comme un très très gros livre de comptes qui a toutes les opérations faites. Cette base de caractéristique est répliquée sur tous les personnes des Bitcoins. La blockchain étant accessible à tous, tout le monde peux voir les opérations. Voici un site internet pour consulter la chaîne de blocs et appercevoir des informations détaillées sur toutes les transactions Bitcoin et les blocs. La monnaie est générée automatiquement par le «minage». Les «mineurs» effectuent des calculs pour le réseau afin de confirmer des transactions. Comme récompense pour leurs services, ils collectent des pourcentages de Bitcoin pour tout mouvement validé. explicative sur comment bien utiliser Bitcoin ? Pas de panique, l’utilisation des bitcoins est simple. Il est envisageable de commencer avec Bitcoin sans comprendre les renseignements techniques. Il suffit de suivre ces quelques étapes : dans un premier temps, téléchargez et installez un wallet digital sur votre station de travail. Le wallet digital est un software qui vous permet d’envoyer et recevoir des bctoins. il existe de très nombreuses logiciels wallet digital, selon la façon dont vous désirez utiliser Bitcoin. Ils peuvent être installé sous windows, linux, android, Mac…mais aussi en ligne sur un serveur web ( attention au piratage ! )

Une mission sur les crypto-monnaies vient d’être confiée au Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France, par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances Bruno Lemaire. Ce dernier l’a présenté hier, lors de ses vœux à la presse, en précisant que cette mission sera chargée de lui proposer des orientations sur le tweaking de la réglementation pour mieux en maîtriser le développement. L’objectif est aussi de pouvoir empêcher que ces monnaies digitales – dont le bitcoin est la manifestation la plus incontournable – soient utilisées à des minces d’évasion fiscale, de blanchiment ou de financement d’activités criminelles ou de terrorisme, a ajouté Bruno Lemaire. « nous souhaitons une économie à durée déterminée : nous refusons les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au bitcoin », a-t-il souligné dans son discours en ajoutant qu’il avait demandé que la présidence argentine du G20 se saisisse de cette question. nnLa biographie de Jean-Pierre Landau communiquée par le ministère de l’Economie et des Finances rappelle que ce diplômé de HEC et de Sciences Po est aussi passé par l’Ecole nationale d’administration ( ENA ). Il fut administrateur pour la France au FMI et à la Banque mondiale à Washington, de 1989 à 93, et directeur général de l’Association française des banques en 1999. De 2006 à 2011, sous-gouverneur de la Banque de France, il a été membre du conseil d’administration de la Banque des règlements internationaux et membre du Forum de fixité financière. nnLe Bitcoin, monnaie virtuelle hautement volatilenEn janvier 2014, Jean-Pierre Landau a notamment signé dans le Financial Times une tribune qui mettait déjà en garde contre la folie du btc, qualifiée de « tulipe du 21ème s. » en référence à l’engouement pour le négoce des tulipes qui a saisi au milieu du 16ème siècle les Pays-Bas ( alors Provinces-Unies ) générant une bulle spéculative autour du prix de ces . nnLe cours du Bitcoin, hautement volatile, a culminé à seize 500 € ( près de 19 400 dollars ) le 17 décembre dernier et il tourne aujourd’hui autour de dix-mille € contre en moyenne 1 100 euros début avril 2017. Le neuf janvier dernier, l’Autorité des marchés financiers a réagi sur Twitter sur les risques associés au bitcoin après les propos d’une vedette de la télé-réalité vantant les placements en bitcoin, en remplacement d’un site permettant d’en discuter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *