40 000 Bitcoins inonderont les marchés lorsque l'Inde interdira la crypto – CEO de Zebpay – Actualités Bitcoin

40 000 Bitcoins inonderont les marchés lorsque l'Inde interdira la crypto - CEO de Zebpay

Le président de Zebpay – jadis la plus grande bourse de l’Inde – estime que 40 000 BTC vont inonder les marchés si l’Inde interdit la crypto sur-le-champ.

La bonne nouvelle est qu’Ajeet Khurana ne pense pas que cela aura un effet final sur le prix BTC.

Une affaire judiciaire en Inde a révélé que le gouvernement allait présenter le projet de loi controversé sur l’interdiction des Bitcoins lors de la session parlementaire de décembre à janvier.

Parmi les lois les plus draconiennes au monde contre la cryptographie, le projet de loi punira toute personne qui négocie, exploite ou détient une cryptomonnaie d’une peine pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison.

Khurana avait déjà estimé que le gouvernement n'interdirait pas la crypto, mais (avant la nouvelle de hier soir), il a déclaré que tout indiquait qu'il le ferait – même s'il s'attend à ce que le processus parlementaire adoucisse certains des aspects les plus sévères de la législation. .

« Ce qui est susceptible de sortir est une réglementation assez stricte », a déclaré Ajeet.

« Le gouvernement vous donnera la possibilité de sortir (crypto-monnaie). »

Zebpay a toujours deux millions de clients en Inde, détenant des crypto-devises dans des portefeuilles sur l'ancienne bourse.

Mais avec des options limitées pour échanger la crypto contre des roupies en Inde, les investisseurs locaux sont confrontés à une tâche complexe pour reconvertir leur crypto-monnaie en fiducie.

Les résidents indiens sont autorisés à envoyer jusqu'à 250 000 dollars des États-Unis chaque année.

Le PDG de Zebpay parle du plan de l'Inde visant à interdire la cryptographie
Ajeet Khurana – PDG de Zebpay

Zebpay représentait les deux tiers du marché cryptographique indien

Zebpay représentait environ les deux tiers du volume total des transactions de crypto-monnaie en Inde et d'après ses connaissances internes, Khurana estime que la quantité totale de Bitcoin légitimes en «pools légers» en Inde est d'environ 40 000 avec un montant inconnu – peut-être encore 20 000 BTC – au marché noir « dark pools »

Il a ajouté que la valeur totale des autres crypto-monnaies en Inde serait environ 1,5 fois supérieure à celle de Bitcoin. Cela toucherait également les marchés en cas d'interdiction.

Heureusement, bien que Khurana pense que la vente de près d’un demi-milliard de BTC créerait une pression à la baisse sur le prix, il ne pense pas que ce serait trop grave si elle était étalée sur plusieurs mois.

Il cite l'exemple de 21 000 BTC achetés sur trois bourses (7 000 BTC chacun) plus tôt cette année, alors que les BTC se situaient autour de 4 500 USD, ce qui n'a fait que faire monter le prix de 10%.

«Donc, si tel est le cas, et si nous parlons du double de ce montant, mais sur 90 jours, cela ne fera peut-être pas grand-chose à cause du volume considérable. Cela peut avoir un effet modérateur sur l'humeur. ”

« Je pense que le marché a la capacité d'absorber quelques milliers de personnes par jour sans dérapage. »

Zebpay forcé de déménager à Malte et en Australie

L’Inde se méfie de la crypto-monnaie depuis un certain temps et Zebpay a été contraint de quitter le pays après que la Reserve Bank of India ait interdit aux banques de travailler avec des bourses.

À son apogée, Zebpay générait jusqu'à 20 millions de dollars de crypto par jour, même si le volume médian était plus proche de 3 millions de dollars par jour.

C’est encore beaucoup plus que le volume d’un million de dollars réalisé par Zebpay lors de son premier mois en Australie.

« Cela a été incroyablement difficile », a-t-il déclaré à propos du fait de repartir de zéro en Australie, le comparant à un doctorat indien. titulaire qui doit recommencer dans un nouveau pays depuis la maternelle.

Doubler le volume chaque mois

«Quand on part de zéro, il est très facile de se développer rapidement. Nous avons décidé que pendant les quatre à six prochains mois environ, nous devions doubler nos volumes chaque mois. Nous avons donc géré cela de mai à juin », a-t-il déclaré, ajoutant que le volume mensuel atteint 2 millions de dollars.

Il a ajouté que le déménagement en Inde impliquait de réduire l'équipe d'assistance à la clientèle de 350 personnes, et l'équipe principale de 100 à 70.

La plupart sont basés dans deux villes indiennes, avec Ajeet lui-même à Singapour.

Les investisseurs indiens et australiens dans les crypto-monnaies se comportent très différemment.

«Chaque transaction (en Inde) représente environ un huitième à un dixième de ce que nous vivons en Australie. Cela dit, le chiffre d'affaires étant très élevé, ils effectuent probablement de huit à dix fois plus de transactions. »

Zebpay opère actuellement en Australie en utilisant un modèle OTC qu'ils appellent Instant Buy Sell.

Khurana a déclaré que bien qu'ils gèrent un carnet de commandes à Malte, ils doivent d'abord accroître le volume et la fréquence des transactions en Australie.

Nous n'avons pas besoin de market makers

La plupart des échanges «simulent jusqu’à ce qu’ils réussissent», les responsables de marché effectuant des virements en arrière pour donner l’illusion d’un volume. Khurana a déclaré que cette stratégie était perdante.

« Bien que CoinMarketCap ait l'air joli, le fait est que rien ne se passe … et vous ne pouvez pas l'arrêter car les gens se demanderont pourquoi votre volume a chuté », a-t-il déclaré.

Il estime que le carnet de commandes australien sera opérationnel dans quelques mois, certainement en 2019.

Zebpay est actuellement le seul commutateur à fournir une intégration à Lightning Network.

Khurana est également intéressée par la création d’un fonds de cryptage en gros. Il est également intéressé par un FNB de détail, mais cela n’est actuellement pas autorisé.

«Un fonds de gros sera très attrayant pour nous», a-t-il déclaré.

En attendant, de retour en Inde…

Khurana a déclaré qu'il pensait que le Comité proposant la crypto interd « avait tendance à adopter un point de vue hyper-conservateur, car ils ne pouvaient pas être considérés comme ceux qui ont permis la fraude ou des stratagèmes de Ponzi ».

Mais il croit que les aspérités les plus difficiles seront lissées au fur et à mesure de son passage au Parlement.

« Le cas extrême, qui pourrait vous amener à aller en prison, ces choses pourraient être un peu tempérées. »

« Ensuite, ce qui se passe, c'est que vous l'introduisez dans l'économie et que vous constatiez que cela ne fonctionne pas nécessairement aussi bien que vous le souhaitiez. »

Comment le plan de l'Inde visant à interdire la cryptographie affectera-t-il le marché?

Ajeet pense qu'il faudra attendre deux à quatre ans avant que la législation ne soit affinée, mais au final, il pense que le pays saisira cette opportunité.

« Ce que j'ai trouvé dans mes expériences précédentes avec toutes les innovations entrant dans le secteur financier ou dans le secteur de la technologie, c'est que l'Inde finira par devenir raisonnablement libérale », a-t-il déclaré, ajoutant que le gouvernement indien se rendrait compte qu'il manquait des opportunités et que d'autres pays et les organismes internationaux ne cherchent qu'à réglementer la cryptographie.

«Ils ne veulent pas l'interdire. Il s’agit de la réglementer de la même manière que les banques. Une version plus légère de cela, peut-être, mais quelque chose dans ce sens. « 

La Blockchain ou encore la chaine de blocsnLa chaîne de blocs est l’un des éléments clés du fonctionnement du Bitcoin. Il représente en action le grand livre service comptable public et partagé du Bitcoin. C’est sur la chaîne de bloc que repose tout le réseau du Bitcoin. Elle inclut les différentes transactions confirmées de Bitcoin effectuées. C’est une forme de relevé bancaire saine au BTC et retraçant les nouvelles opérations et permettant de prendre connaissance les périodes de promo des portefeuilles. C’est un élément crédible du fonctionnement de la cryptomonnaie d’autant plus que c’est par des moyens cryptographiques que sont garantis l’ordre chronologique et l’intégrité de la chaine des blocs. La Blockchain assure la sécurité et la sûreté des opérations faites avec le bitcoin. nLes transactions du BitcoinnLa transaction du BTC n’est rien d’autre que le transmission de valeur entre divers portefeuilles Bitcoin. elle est en règle générale incluse dans la chaine de blocs. Chaque transaction est numériquement signée au moyen d’une clé privée qu’on appelle aussi graine. C’est une information secrète conservée au sein des portefeuilles BTC. elle se trouve être la preuve mathématique de la provenance d’un propriétaire de wallet digital Bitcoin. La signature est aussi nécessaire pour éviter la falsification des transactions une fois qu’elles sont émises. Les opérations faites sont normalement diffusées entre les utilisateurs et font objet de la garantie par le réseau en général 10 minutes après un processus nommé minage. Tout est mis en place pour conférer confiance aux personnes de la cryptomonnaie bitcoin. nLe minage du BTCnLe minage est défini comme un mécanisme de consensus distribué. Il permet de confirmer, en insérant dans la chaîne de bloc, les différentes transactions en attente. Le minage joue de nombreux rôles dans le système du Bitcoin. Entre autres, il offre une protection de la neutralité du réseau tout en imposant un ordre chronologique dans la chaine de blocs. Il permet par ailleurs à plusieurs personnes de s’associer sur l’état du dispositif. Les transactions soumises à la certitude doivent faire partir d’un bloc sujet à des règles cryptographiques sévères et vérifiées par le réseau.

Le Bitcoin est une monnaie électronique, dans certains cas appelée cryptomonnaie, la plus connue d’entre elles étant la première monnaie électronique au monde très décentralisée. Le Bitcoin est échangé grâce au système de pair à pair ( peer-to-peer ) avec une distribution appelé la « Blockchain ». Le taux de change du Bitcoin face au dollar américain et d’autres devises majeures, est est établi selon l’offre et la demande comme pour les autres taux de change. La valeur de partages du Bitcoin s’est révélée volatile à cause des piques instantanés de forte demande. Cependant, beaucoup voient dans le Bitcoin, comme une valeur refuge par rapport aux devises fiduciaires soutenues par le gouvernement. Le BTC ( le diminutif du Bitcoin ) est activement échangé face aux principales devises mondiales sur des marchés décentralisés. Les Bitcoins sont conservés dans des portefeuilles de Bitcoin, qui dépendent des clés privées et de la cryptographie pour protéger ses Bitcoins à une entité ou à un utilisateur spécifique. Par comparaison avec les monnaies mondiales classiques, le Bitcoin reste assez difficile à utiliser dans des opérations régulières. Mais l’intérêt croissant et les importants investissements mondiaux dans le wallet digital Bitcoin et la technologie Blockchain, ont néanmoins fait que l’achat et la vente de Bitcoin soient beaucoup plus accessibles à l’utilisateur qu’auparavant. En action, la indulgence croissante des entités gouvernementales a amélioré l’ambiguïté du statut juridique et obligatoire pour le Bitcoin et ses plateformes d’échanges. Vous pouvez trouver l’historique du prix du Bitcoin sur notre graphique et les dernières dernieres nouvelles et études sur le taux de change de Bitcoin. Obtenez votre guide de trading sur les crypto-monnaiesDécouvrez en quoi les cryptomonnaies bouleversent les catégories d’actifs telles que nous les connaissonsQuelles sont les particularités des crypto-monnaies et qu’est-ce qui les rend uniques ? Faites la part entre ’esprits animaux’ et investissements scientifiques dans ce marché explosif Téléchargez le guide sur crypto-monnaies

Le Bitcoin intrigue, inquiète et fascine, et depuis quelque temps tous les réseaux généralistes s’y intéressent. J’ai décidé de faire le point sur cette idee : qu’est ce que les Bitcoins ? Comment ça marche ? Quel sont ses atouts et ses inconvénient. Bitcoin, c’est quoi ? Bitcoin est un équipement de paiement peer-to-peer. C’est une monnaie virtuelle ne dépendant d’aucune banque centrale et qui permet anonymement de solutionner des en ligne sans taxe et sans intermédiaire. Il est possible d’échanger ses Bitcoins contre d’autres monnaies ce qui en fait une véritable devise monétaire sujet à la spéculation. Stocké dans un wallet digital digital ( un simple software ), les opérations sont chiffrées : on ne sait pas qui envoie chez vous et qui reçoit l’argent ce qui, pour certains, favoriseraient les commerces illicites. D’ailleurs, tout le monde a commencé à parler de Bitcoin lors de la fermeture de l’application Silk Road, un supermarché de la drogue dans le darknet. Pourtant, Bitcoin n’est pas un concept créer par des mafieux. Il s’agit d’une compétence à l’échelle mondiale… Comment ça marche les btcs ? Bitcoin fonctionne avec un logiciel et un protocole qui permet aux personnes d’émettre des btc et de contrôler les opérations de manière collective et automatique. Le bon fonctionnement des négoces est par une organisation générale que tout le monde peut regarder, car tout y est public : les conventions de base, les algorithmes cryptographiques employés, les programmes les rendant opérationnels, les données des comptes et les débats des programmeurs. Bitcoin se base sur une base de données distribuée : la blockchain. elle se trouve être à voir comme un très très gros livre de comptes qui contient toutes les transactions réalisées. Cette base de donnée est répliquée sur tous les personnes des Bitcoins. La blockchain étant possible à tout le monde, tout le monde peux voir les opérations. Voici un site web pour lire la blockchain et appercevoir des informations détaillées sur toutes les transactions Bitcoin et les blocs. La monnaie est générée automatiquement par le «minage». Les «mineurs» effectuent des analyses pour le réseau afin de des opérations. Comme rétribution pour leurs services, ils collectent des pourcentages de Bitcoin pour chaque mouvement validé. comment utiliser Bitcoin ? Pas de panique, l’utilisation des btcs est simple. Il est possible de débuter avec Bitcoin sans appréhender les précisions techniques. Il suffit d’observer ces quelques phases : tout d’abord, téléchargez et mettez en place un portefeuille sur votre station de travail. Le wallet digital est un logiciel qui vous permet d’envoyer et recevoir des btcs. il y a de très nombreuses logiciels portefeuille, selon la façon dont vous voulez utiliser Bitcoin. Ils peuvent être installé sous windows, linux, android, Mac…mais aussi en ligne sur un hébergement web ( attention au piratage ! )

Une mission sur les monnaies digitales vient d’être confiée au haut fonctionnaire Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France, par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances Bruno Lemaire. Ce dernier l’a annoncé hier, lors de ses vœux à la presse, en précisant que cette mission sera chargée de lui proposer des orientations sur le tweaking de le droit pour mieux en maîtriser le développement. L’objectif est aussi de pouvoir empêcher que ces crypto-monnaies – dont le bitcoin est la manifestation la plus incontournable – soient utilisées à des minces d’évasion fiscale, de blanchiment ou de financement d’activités criminelles ou de terrorisme, a ajouté Bruno Lemaire. « nous voulons une économie à durée déterminée : nous refusons les risques de spéculation et les envisageables détournements financiers liés au bitcoin », a-t-il souligné dans son discours en ajoutant qu’il avait demandé que la présidence argentine du G20 se saisisse de cette question. nnLa biographie de Jean-Pierre Landau communiquée par le ministère de l’Economie et des Finances rappelle que ce diplômé de HEC et de Sciences Po est également passé par l’Ecole nationale d’administration ( ENA ). Il fut administrateur pour la France au FMI et à la Banque mondiale à Washington, de 1989 à 93, et directeur général de l’Association française des établissements bancaires en 1999. De 2006 à 2011, sous-gouverneur de la Banque de France, il a été personnage du conseil d’administration de la Banque des règlements internationaux et personnage du Forum de fixité financière. nnLe Bitcoin, monnaie virtuelle hautement volatilenEn janvier 2014, Jean-Pierre Landau a notamment signé dans le Financial Times une tribune qui mettait déjà en garde contre la folie du bitcoin, qualifiée de « tulipe du 21ème s. » en référence à l’engouement pour le négoce des tulipes qui a saisi au milieu du 16ème siècle les Pays-Bas ( alors Provinces-Unies ) générant une bulle spéculative autour du prix de ces . nnLe cours du Bitcoin, hautement volatile, a culminé à 16 500 € ( près de 19 400 dollars ) le 17 décembre dernier et il tourne aujourd’hui autour de dix-mille € contre en moyenne 1 100 € début avril 2017. Le neuf janvier dernier, l’Autorité des marchés financiers a réagi sur Twitter sur les risques associés au bitcoin après les propos d’une vedette de la télé-réalité vantant les financements en bitcoin, à la place d’un site permettant d’en négocier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *