Binance US envisage de coter 30 monnaies cryptographiques, y compris la BNB – Actualités Bitcoin

Binance US envisage de coter 30 monnaies cryptographiques, y compris la BNB

 – Actualités Bitcoin

Prise rapide

  • Binance US envisage de lister 30 jetons, y compris sa pièce de monnaie native BNB
  • La date de lancement de la plateforme dans le pays n'a pas encore été déterminée


Binance US a annoncé vendredi dans un article sur son blog que ses efforts pour lancer un échange de crypto-monnaie dans le pays progressaient rapidement.

La bourse évalue actuellement 30 pièces à coter sur sa plateforme américaine, dont Bitcoin (BTC), l’éther (ETH), des pièces de monnaie incluant USDC et PAX, ainsi que la marque BNB de Binance, visant à se conformer aux exigences réglementaires américaines. par le blog.

Binance a annoncé son intention de lancer un échange fiat-crypto aux États-Unis le mois dernier, avant d'annoncer que sa plateforme principale, Binance.com, cesserait d'être disponible dans le pays en septembre. L’unité américaine de la bourse a récemment embauché Catherine Coley, ancienne responsable des liquidités institutionnelles XRP chez Ripple, en tant que PDG.

La date officielle de lancement public de la plate-forme américaine n’a pas encore été fixée par l’échange.

Tous les jetons examinés par Binance US sont les suivants: ADA, ATOM, BAT, BCHABC, BNB, BTC, DASH, EOS, ETC, ETH, HOT, HOT, IOTA, LINK, LOOM, LTC, MANA, NANO, NEO, PAX, REP, RVN , TUSD, USDC, USDT, VET, VAGUES, XLM, XRP, ZIL, ZRX.

Les observateurs du marché ont noté que l’entrée de Binance aux États-Unis pourrait remettre en cause la domination des acteurs du marché existants, tels que Coinbase. Dans le tableau ci-dessous, The Block répertorie les 13 jetons pris en charge par Coinbase pour ses clients américains. Notamment, Coinbase ne prend pas en charge BNB, dont la catégorisation en tant que sécurité a fait l’objet de débats.

Binance vs Coinbase; ce dernier prend en charge 13 jetons pour les clients américains (entourés en vert)

Fait intéressant, Binance a capturé environ 54% du volume échangé en juillet. Coinbase, en revanche, a capturé environ 14% du volume, suivi par Bitfinex (~ 10%), Kraken (~ 8%), Bitstamp (~ 6%) et BitFlyer (~ 3%).

Toutefois, par rapport aux autres bourses, Coinbase a gagné la plus grande part de marché au cours de la dernière année (depuis juillet 2018).

Coinbase a également envisagé d’ajouter de nouveaux jetons, dans le but d’établir une capitalisation totale du marché de la crypto de 90% à ses utilisateurs. Il examine huit jetons, notamment Alogrand, Cosmos, Dash, Decred, Ontologie, Waves, Matic Network et Harmony. Parmi ces jetons, Dash, Waves, Cosmos figurent également sur la liste de révision de Binance US, tandis que Harmony et Matic Network ont ​​effectué leurs ventes de jetons sur Binance Launchpad.

La Blockchain ou encore la chaine de blocsnLa chaîne de blocs est l’un des composants clés du fonctionnement du Bitcoin. Il représente en effet le grand livre comptable public et partagé du Bitcoin. C’est sur la chaîne de bloc que repose tout le réseau du Bitcoin. Elle comporte les différentes opérations officiel de Bitcoin faites. C’est une forme de relevé bancaire propre au BTC et retraçant les toutes nouvelles opérations et permettant de prendre connaissance les soldes d’été ou d’hiver des portefeuilles. C’est un élément crédible du fonctionnement de la cryptomonnaie encore plus que c’est par des moyens cryptographiques que sont garantis l’ordre chronologique et l’intégrité de la chaine des blocs. La Blockchain garantit la sécurité et la sûreté des opérations faites avec le bitcoin. nLes transactions du BitcoinnLa transaction du BTC n’est rien d’autre que le diffusion de valeur entre divers portefeuilles Bitcoin. elle se trouve être en général incluse dans la chaine de blocs. Chaque transaction est numériquement signée au moyen d’une clé privée qu’on appelle aussi graine. C’est une information secrète conservée au sein des portefeuilles BTC. elle est la preuve mathématique de la provenance d’un propriétaire de wallet digital Bitcoin. La signature est aussi nécessaire pour éviter la falsification des transactions une fois qu’elles sont émises. Les opérations réalisées sont normalement diffusées entre les utilisateurs et font but de la confirmation par le réseau généralement 10 minutes après un dispositif appellé minage. Tout est mis en place pour donner confiance aux usagers du bitcoin. nLe minage du BTCnLe minage est défini comme un système de consensus distribué. Il permet de , en insérant dans la chaîne de bloc, les différentes transactions en attente. Le minage joue beaucoup de rôles dans le système du Bitcoin. Entre autres, il offre une sécurité de la neutralité du réseau tout en imposant un ordre chronologique dans la chaine de blocs. Il permet par ailleurs à plusieurs utilisateurs de s’accorder sur l’état du système. Les opérations soumises à la certitude doivent faire partir d’un bloc sujet à des règles cryptographiques sévères et vérifiées par le réseau.

Le Bitcoin est une monnaie électronique, parfois appelée cryptomonnaie, la plus connue d’entre elles étant la première monnaie électronique au monde véritablement décentralisée. Le Bitcoin est échangé grâce au système de pair à pair ( peer-to-peer ) avec une commercialisation nommé la « Blockchain ». Le taux de change du Bitcoin face au dollar américain et d’autres devises majeures, est est établi selon l’offre et la demande comme pour les autres taux de change. La valeur de partages du Bitcoin s’est révélée volatile en raison des piques instantanés de forte demande. Cependant, beaucoup voient dans le Bitcoin, comme une valeur refuge par rapport aux devises fiduciaires soutenues par le gouvernement. Le BTC ( abréviation du Bitcoin ) est activement échangé face aux majeures devises mondiales sur des marchés décentralisés. Les Bitcoins sont conservés dans des portefeuilles de Bitcoin, qui dépendent des clés privées et de la cryptographie pour sécuriser ses Bitcoins à une entité ou à un usager spécialisé. Par comparaison avec les monnaies mondiales classiques, le Bitcoin reste assez complexe à utiliser dans des opérations fréquentes. Mais l’intérêt croissant et les importants investissements mondiaux dans le wallet digital Bitcoin et l’innovation Blockchain, ont néanmoins fait que l’achat et la vente de Bitcoin soient beaucoup plus accessibles à le bénéficiaire qu’auparavant. En action, la indulgence grandissante des entités gouvernementales a amélioré l’ambiguïté du statut juridique et obligatoire pour le Bitcoin et ses plateformes d’échanges. Vous pouvez trouver l’historique du prix du Bitcoin sur notre graphique et les dernières toutes nouvelles et études sur le taux de change de Bitcoin. Obtenez votre guide de trading sur les crypto-monnaiesDécouvrez en quoi les crypto-monnaies bouleversent les catégories d’actifs telles que nous les connaissonsQuelles sont les spécificités des cryptomonnaies et qu’est-ce qui les rend uniques ? Faites la part entre ’esprits animaux’ et investissements scientifiques dans ce marché explosif Téléchargez le guide sur cryptomonnaies

Le Bitcoin intrigue, inquiète et fascine, et depuis quelque temps tous les réseaux généralistes s’y intéressent. J’ai décidé de faire le point sur cette invention : qu’est ce que les Bitcoins ? Comment ça fonctionne ? Quel sont ses avantages et ses point faible. Bitcoin, c’est quoi ? Bitcoin est un mécanisme de paiement peer-to-peer. C’est une monnaie virtuelle ne dépendant d’aucune banque centrale et qui permet anonymement de solutionner des achats en ligne sans taxe et sans intermédiaire. Il est envisageable d’échanger ses Bitcoins contre d’autres monnaies ce qui en fait une véritable devise monétaire sujet à la spéculation. Stocké dans un portefeuille digital ( un simple software ), les opérations sont chiffrées : on ne sait pas qui envoie et qui reçoit l’argent ce qui, pour certains, favoriseraient les commerces illicites. D’ailleurs, tout le monde a commencé à parler de Bitcoin lors de la fermeture de notre plateforme Silk Road, un supermarché de la drogue dans le darknet. Pourtant, Bitcoin n’est pas un concept réaliser par des mafieux. Il s’agit d’une aptitude à l’échelle mondiale… Comment ça marche les bctoins ? Bitcoin consiste en un software et un protocole qui permet aux utilisateurs d’émettre des btc et de assurer les transactions de façon collective et automatique. Le bon fonctionnement des partenariats est garanti par une organisation générale que tout le monde peut expertiser, car tout y est public : les protocoles de base, les algorithmes cryptographiques utilisés, les programmes les rendant opérationnels, les données des comptes et les débats des développeurs. Bitcoin se base sur une base de données distribuée : la chaîne de bloc. elle est à voir comme un très très gros livre de comptes qui a toutes les transactions réalisées. Cette base de donnée est répliquée sur tous les personnes des Bitcoins. La chaîne de bloc étant accessible à tous, tout le monde peux voir les transactions. Voici un site web pour lire la chaîne de bloc et appercevoir des infos détaillées sur toutes les transactions Bitcoin et les blocs. La monnaie est générée automatiquement par le «minage». Les «mineurs» effectuent des analyses pour le réseau afin de des transactions. Comme récompense pour leurs services, ils collectent des pourcentages de Bitcoin pour chaque mouvement validé. comment utiliser Bitcoin ? Pas de panique, l’utilisation des btc est simple. Il est possible de débuter avec Bitcoin sans appréhender les détails techniques. Il suffit de se conformer à ces quelques étapes : en premier lieu, téléchargez et installez un portefeuille sur votre station de travail. Le portefeuille est un software qui vous permet d’envoyer et recevoir des btcs. il existe de très nombreuses logiciels portefeuille, selon la manière dont vous désirez utiliser Bitcoin. Ils peuvent être mis en place sous windows, linux, android, Mac…mais aussi en ligne sur un hébergement digitale ( attention au piratage ! )

Une mission sur les cryptomonnaies vient d’être confiée au haut fonctionnaire Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France, par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances Bruno Lemaire. Ce dernier l’a annoncé hier, lors de ses vœux à la presse, en précisant que cette tâche sera chargée de lui proposer des orientations sur l’évolution de le droit pour mieux en maîtriser le développement. L’objectif est aussi de pouvoir empêcher que ces monnaies digitales – dont le bitcoin est la manifestation la plus emblématique – soient utilisées à des minces d’évasion fiscale, de blanchiment ou de financement d’activités criminelles ou de terrorisme, a ajouté Bruno Lemaire. « nous voulons une économie à durée déterminée : nous refusons les risques de spéculation et les envisageables détournements financiers liés au bitcoin », a-t-il souligné dans son discours en ajoutant qu’il avait demandé que la présidence argentine du G20 se saisisse de cette question. nnLa biographie de Jean-Pierre Landau communiquée par le ministère de l’Economie et des Finances rappelle que ce diplômé de HEC et de Sciences Po est aussi passé par l’Ecole nationale d’administration ( ENA ). Il fut administrateur pour la France au FMI et à la Banque internationale à Washington, de 1989 à 1993, et directeur général de l’Association française des institutions bancaires en 1999. De 2006 à 2011, sous-gouverneur de la Banque de France, il a été personnage du conseil d’administration de la Banque des règlements internationaux et membre du Forum de fixité financière. nnLe Bitcoin, monnaie virtuelle hautement volatilenEn janvier 2014, Jean-Pierre Landau a notamment signé dans le Financial Times une tribune qui mettait déjà en garde contre la folie du bitcoin, qualifiée de « tulipe du 21ème s. » en référence à l’engouement pour le négoce des tulipes qui a saisi au milieu du 16ème siècle les Pays-Bas ( alors Provinces-Unies ) générant une bulle spéculative autour du prix de ces fleurs. nnLe cours du Bitcoin, hautement volatile, a culminé à seize 500 € ( près de 19 400 dollars ) le 17 décembre dernier et il tourne aujourd’hui autour de 10 000 € contre environ 1 100 € début avril 2017. Le neuf janvier dernier, l’Autorité des marchés financiers a réagi sur Twitter sur les risques associés au bitcoin après les propos d’une vedette de la télé-réalité vantant les placements en bitcoin, au profit d’un site permettant d’en discuter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *