Des milliers de données KYC d’utilisateurs de Binance auraient été piratées; Le PDG Zhao appelle à ne pas craquer pour FUD – Paiement BitPay

Des milliers de données KYC d’utilisateurs de Binance auraient été piratées; Le PDG Zhao appelle à ne pas craquer pour FUD

 – Paiement BitPay

Des milliers de données KYC d’utilisateurs de Binance auraient été piratées; Le PDG Zhao appelle à ne pas craquer pour FUD

Mettre à jour: Dans son billet de blog officiel, Binance a déclaré avoir constaté des incohérences entre les données distribuées dans le groupe Telegram et les données de son système.

«À l'heure actuelle, aucune preuve n'a été fournie indiquant que des images KYC auraient été obtenues de Binance, car ces images ne contiennent pas le filigrane numérique imprimé par notre système», a-t-il déclaré.

L’échange a également révélé qu’une personne non identifiée avait tenté de lui extorquer 300 BTC en échange de 10 000 photos présentant des similitudes avec les données de Binance KYC. Après que Binance a refusé de céder à l'extorsion, il semble que l'individu ait commencé à distribuer les données au public et aux médias.

Binance a déclaré qu'elle enquêtait toujours sur cette affaire pour en vérifier la légitimité et la pertinence, ajoutant:

«Lors de l'examen initial des images rendues publiques, elles semblent toutes être datées de février 2018, date à laquelle Binance avait passé un contrat avec un fournisseur tiers pour la vérification KYC afin de traiter le grand nombre de demandes à cette époque. Nous étudions actuellement avec le fournisseur tiers pour plus d'informations. « 
————————————————– ————————————————– –

Article original:
Les données KYC (Know Your Customer) de milliers d'utilisateurs de Binance auraient été piratées et les identifiants seraient publiés dans un groupe de discussion Telegram, a annoncé mercredi un utilisateur de Twitter dans un tweet.

Lorsqu’on y accède, le groupe «Find Your Binance KYC» de Telegram contient plusieurs images de personnes munies de leur carte d’identité (passeport, carte d’électeur, etc.) et une pancarte indiquant «Binance» ainsi que la date à laquelle l’image a été prise. est le 24 février 2018.

En réponse au dernier développement, le PDG de Binance, Changpeng Zhao, a publié une déclaration sur Twitter, exhortant les utilisateurs à ne pas craquer pour la « fuite KYC » FUD (peur, incertitude, doute). Il a dit qu'ils étudient actuellement la question.

Le groupe Telegram a déjà acquis plus de 7300 membres. De nombreux utilisateurs de Twitter pensent que les détails de KYC ont déjà été piratés et ne sont publiés que sur le groupe Telegram.

Dans un rapport publié en janvier, CCN a déclaré qu'un pirate informatique, dénommé «ExploitDOT», vendait des données KYC divulguées issues d'échanges cryptographiques sur le Web sombre. Cela comprenait des images d'individus tenant un morceau de papier avec le mot «Binance» et la date à laquelle l'image a été prise. Dans sa réponse au rapport, Binance a déclaré à l'époque avoir des preuves que les images de KYC divulguées ne provenaient pas de comptes de Binance.

«Pour élaborer, en ce qui concerne les données d'image que nous collectons auprès de nos clients au cours du processus KYC, chaque image que le système Binance traite pour les besoins de KYC est intégrée à un filigrane numérique caché», a déclaré Binance à l'époque.

Plus tôt en mai, Binance avait subi une perte majeure de 7 000 BTC, d’une valeur d’environ 40 millions de dollars. La Bourse a assuré à ses utilisateurs que leurs fonds ne seraient pas affectés par cet incident et a indiqué qu’elle utiliserait le Fonds d’informations sécurisées pour les utilisateurs (fonds SAFU) pour couvrir intégralement les pertes.

Dans son dernier rapport sur la question, CryptoSlate a déclaré que les pirates informatiques transféraient des fonds dans une « chaîne complexe de transactions » afin qu'il soit difficile de les retracer jusqu'au piratage. Grant Blaisdell, cofondateur et directeur du marketing de la société d'analyse Blockchain Coinfirm, a déclaré au portail d'informations que des pirates informatiques avaient envoyé de petites quantités du code BTC volé à six bourses: Kraken, Huobi, BitX.co (Luno), BTC-Alpha, CoinGate et BitPay. – vérifier si les bourses détectent les fonds volés et les gèlent.

TokenPost | (email protégé)

La Blockchain ou bien encore la chaine de blocsnLa chaîne de blocs est l’un des composants clés du fonctionnement du Bitcoin. Il représente en action le grand livre comptable public et partagé du Bitcoin. C’est sur la chaîne de bloc que repose tout le réseau du Bitcoin. Elle inclut les différentes transactions officiel de Bitcoin réalisées. C’est une sorte de relevé bancaire propre au BTC et retraçant les nouvelles transactions et permettant de connaître les soldes des portefeuilles. C’est un élément crédible du fonctionnement de la cryptomonnaie encore plus que c’est par des moyens cryptographiques que sont assurés l’ordre chronologique et l’intégrité de la chaine des blocs. La Blockchain assure la sécurité et la sûreté des opérations faites avec le bitcoin. nLes opérations du BitcoinnLa transaction du BTC n’est rien d’autre que le transfert de valeur entre différents portefeuilles Bitcoin. elle se trouve être en règle générale incluse dans la chaine de blocs. Chaque transaction est numériquement réalisée par au moyen d’une clé privée qu’on appelle aussi graine. C’est une information secrète conservée au sein des portefeuilles BTC. elle est la preuve mathématique de la provenance d’un propriétaire de portefeuille Bitcoin. La signature est aussi utile pour éviter la falsification des opérations une fois qu’elles sont émises. Les transactions effectuées sont normalement diffusées entre les personnes et font objet de la certitude par le réseau généralement 10 minutes après un processus nommé minage. Tout est mis en place pour conférer confiance aux utilisateurs du btc. nLe minage du BTCnLe minage est défini comme un équipement de consensus distribué. Il permet de , en insérant dans la blockchain, les différentes transactions en attente. Le minage joue beaucoup de métiers dans le système du Bitcoin. Entre autres, il offre une protection de la neutralité du réseau tout en impressionnant un ordre chronologique dans la chaine de blocs. Il permet par ailleurs à plusieurs personnes de s’harmoniser sur l’état du dispositif. Les opérations soumises à la garantie doivent faire partir d’un bloc sujet à des règles cryptographiques strictes et vérifiées par le réseau.

Le Bitcoin intrigue, inquiète et fascine, et depuis quelque temps tous les médias généralistes s’y intéressent. J’ai décidé de faire le point sur cette idee : qu’est ce que les Bitcoins ? Comment ça fonctionne ? Quel sont ses avantages et ses point faible. Bitcoin, c’est quoi ? Bitcoin est un système de paiement peer-to-peer. C’est une monnaie virtuelle ne dépendant d’aucune banque centrale et qui permet anonymement de régler des achats en ligne sans taxe et sans intermédiaire. Il est envisageable d’échanger ses Bitcoins contre d’autres monnaies ce qui en fait une véritable devise monétaire sujet à la spéculation. Stocké dans un wallet digital web ( un simple logiciel ), les opérations sont chiffrées : on ne sait pas qui envoie chez vous et qui reçoit l’argent ce qui, pour certains, favoriseraient les établissements illicites. D’ailleurs, tout le monde a commencé à parler de Bitcoin lors de la fermeture de l’application Silk Road, un supermarché de la drogue dans le darknet. Pourtant, Bitcoin n’est pas un concept concevoir par des mafieux. Il s’agit d’une expérience à l’échelle mondiale… Comment ça fonctionne les bitcoins ? Bitcoin consiste en un software et un protocole qui permet aux usagers d’émettre des btc et de gérer les opérations de manière collective et automatique. Le bon fonctionnement des négoces est par une organisation générale que tout le monde peut examiner, car tout y est public : les protocoles de base, les algorithmes cryptographiques employés, les programmes les rendant opérationnels, les datas des comptes et les débats des développeurs. Bitcoin se base sur une base de données distribuée : la blockchain. elle se trouve être à voir comme un très très gros livre de comptes qui a toutes les transactions effectuées. Cette base de caractéristique est répliquée sur tous les personnes des Bitcoins. La blockchain étant accessible à tous, tout le monde peux voir les opérations. Voici un site pour lire la blockchain et regader des informations détaillées sur toutes les opérations Bitcoin et les blocs. La monnaie est générée automatiquement par le «minage». Les «mineurs» effectuent des calculs pour le réseau afin de confirmer des transactions. Comme rétribution pour leurs services, ils collectent des pourcentages de Bitcoin pour chaque mouvement validé. comment utiliser Bitcoin ? Pas de panique, l’utilisation des btc est simple. Il est possible de commencer avec Bitcoin sans appréhender les renseignements techniques. Il suffit d’observer ces quelques phases : dans un premier temps, téléchargez et installez un wallet digital sur votre station de travail. Le portefeuille est un software qui vous permet d’envoyer et recevoir des bitcoins. il y a de très nombreuses logiciels wallet digital, selon la manière dont vous voulez utiliser Bitcoin. Ils peuvent être installé sous windows, linux, android, Mac…mais aussi en ligne sur un hébergement web ( attention au piratage ! )

Une mission sur les monnaies digitales vient d’être confiée au haut fonctionnaire Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France, par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances Bruno Lemaire. Ce dernier l’a présenté hier, lors de ses vœux à la presse, en précisant que cette tâche sera chargée de lui proposer des orientations sur le tweaking de la réglementation pour mieux en maîtriser le développement. L’objectif est aussi de pouvoir empêcher que ces cryptomonnaies – dont le bitcoin est la manifestation la plus incontournable – soient utilisées à des minces d’évasion fiscale, de blanchiment ou de financement d’activités criminelles ou de terrorisme, a ajouté Bruno Lemaire. « nous souhaitons une économie cdi : nous refusons les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au bitcoin », a-t-il souligné dans son discours en ajoutant qu’il avait demandé que la présidence argentine du G20 se saisisse de cette question. nnLa biographie de Jean-Pierre Landau communiquée par le ministère de l’Economie et des Finances rappelle que ce diplômé de HEC et de Sciences Po est aussi passé par l’Ecole nationale d’administration ( ENA ). Il fut administrateur pour la France au FMI et à la Banque internationale à Washington, de 1989 à 1993, et directeur général de l’Association française des établissements bancaires en 1999. De 2006 à 2011, sous-gouverneur de la Banque de France, il a été membre du conseil d’administration de la Banque des règlements internationaux et membre du Forum de fixité financière. nnLe Bitcoin, monnaie virtuelle hautement volatilenEn janvier 2014, Jean-Pierre Landau a notamment signé dans le Financial Times une tribune qui mettait déjà en garde contre la folie du bitcoin, qualifiée de « tulipe du 21ème siècle » en référence à l’engouement pour le négoce des tulipes qui a saisi au milieu du 16ème s. les Pays-Bas ( alors Provinces-Unies ) générant une bulle spéculative autour du prix de ces fleurs. nnLe cours du Bitcoin, hautement volatile, a culminé à seize 500 euros ( près de 19 400 dollars ) le 17 décembre dernier et il tourne aujourd’hui autour de 10 000 euros contre à peu près 1 100 euros début avril 2017. Le 9 janvier dernier, l’Autorité des marchés financiers a réagi sur Twitter sur les risques associés au bitcoin après les propos d’une vedette de la télé-réalité vantant les financements en bitcoin, en remplacement d’un site permettant d’en négocier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *