La Fed peut-elle tuer Bitcoin? Naviguer dans les points de repère du droit fiscal et du KYC – Bitcoin Online

La Fed peut-elle tuer Bitcoin? Naviguer dans les points de repère du droit fiscal et du KYC

 – Bitcoin Online

Les taxes. Le seul mot qui peut tuer n'importe quel bourdonnement en quelques secondes à plat. Que vous soyez un libertaire qui répète que le fisc est un vol ou l’une de ces créatures légendaires qui sont réellement heureuses de les classer comme leur soi-disant devoir civique, un fait demeure: ceux qui ne cèdent pas au gouvernement – ou font les erreurs en essayant de le faire – peuvent être écrasées et difficiles. Les lois fiscales pernicieuses et les exigences croissantes des États en matière d'échanges se demandent si ces maladies pourraient bloquer la révolution Bitcoin.

Lire aussi: De Spartacus à Satoshi: une brève histoire de la rébellion économique

Passionné de crypto inquiet pour les impôts

Il est souvent assez effrayant de produire des déclarations de base, mais les taxes cryptographiques s’avèrent être un tout nouvel animal. Tout d'abord, l'IRS semble presque intentionnellement vague sur la politique. En combinaison avec les réglementations de plus en plus contraignantes en matière de KYC et d'AML sur les échanges cryptographiques, on commence à se demander à quoi sert le bitcoin. L’ensemble de l’argent P2P sans confiance jure par la fenêtre quand vous avez tout à faire, jusqu’à envoyer des nus et un échantillon d’ADN juste pour commencer à échanger. Le cauchemar est réel. Il suffit de demander à ce gars qui devait 400 000 $, même après avoir perdu l'essentiel de ses gains en 2018.

Tout cela soulève la question: en faisant de l’utilisation de la crypto une telle douleur pour l’utilisateur moyen, une menace pour sa sécurité et celle de ses proches s’ils «bâclent» ou falsifient leurs impôts, la Fed peut-elle efficacement tuer Bitcoin?

La Fed peut-elle tuer Bitcoin? Naviguer dans les points de repère du droit fiscal et du KYC

Crypto Chokepoints

Sur un épisode récent de CNBC Squawk Box La question a été posée: « Vous êtes le banquier central des États-Unis – que faites-vous pour tuer Bitcoin? » A quoi Brian Kelly a répondu:

Pour ce qui est de le tuer, c’est très difficile. Cela ressemble beaucoup à Internet. Mais le genre de points d’étranglement et, du moins où l’AML / KYC, sont les fiat sur les rampes… Donc, là où les gens prennent leur dollar américain… et le mettent en bitcoin, ce sont les points.

Bien sûr, cela va sans dire. La plupart des gens savent que les Bitcoins ne sont pas vraiment quelque chose que quelqu'un peut «tuer». Ce n'est pas une base de données centralisée. Ils devront supprimer l’ensemble de l’Internet et même dans ce cas, des options intéressantes pourraient encore exister.

Il semble certainement y avoir un cas pour un grand complot gouvernemental dans tout ce gâchis. Les fameuses fuites de la NSA d’Edward Snowden ont révélé bien avant le boom de la cryptographie de 2017 que l’État suivait les utilisateurs via de faux services d’anonymisation tels que le nom de code MONKEYROCKET. Il est également bien établi que l’USD règne en ce qui concerne le blanchiment de l’argent, le trafic et la drogue. Il en ressort que ce n’est probablement pas une question de répression du terrorisme ou de la criminalité, mais bien un contrôle monétaire.

La Fed peut-elle tuer Bitcoin? Naviguer dans les points de repère du droit fiscal et du KYC

Experts: vous achetez un café, ils taxeront vos sats

Même avec les confirmations récentes selon lesquelles chaque dernière transaction cryptographique est un événement taxable – de l’achat d’un beignet au dépanneur au café chez Starbucks – les gens sont confus. Aux États-Unis, de nombreuses personnes continuent de croire faussement que l’impôt sur les gains en capital est le seul impôt qui s’applique légalement à la crypto. Clinton Donnelly, expert en crypto-fiscalité d'EA (donnellytaxlaw.com), a expliqué à news.Bitcoin.com que, toutefois, pratiquement toutes les transactions cryptographiques ont été imposées. Donnelly maintient:

Je pense que les négociants en crypto sont des fruits à portée de main pour l'IRS.

Selon Donnelly, l'IRS sait déjà qui vous êtes et fait référence à la découverte de métadonnées de la NSA sur pratiquement tous les échanges de courrier électronique aux États-Unis. En d'autres termes, si vous vous êtes déjà inscrit à un échange cryptographique, vous êtes probablement sur une liste quelque part. Clinton dit qu'il est passionné d'aider les commerçants et les expatriés à naviguer dans le labyrinthe de règlements effrayant et brumeux, parce que très peu d'APC savent actuellement comment gérer les taxes cryptographiques.

Interrogé sur les récentes lettres d’avertissement de l’IRS, il a déclaré que le gouvernement des États-Unis «alourdissait le plafond de la dette. La seule personne qui puisse résoudre ce problème est l’IRS. »En tant que tel, Donnelly affirme qu’ils pourraient légitimement analyser les chiffres de ceux qui n’ont pas fait rapport ou, tout simplement,« s’ils effraient suffisamment de monde, ils pourraient obtenir le même résultat ».

Une CPA sur Twitter spécialisée également dans le crypto rappelle à ses abonnés dans un tweet épinglé:

La Fed peut-elle tuer Bitcoin? Naviguer dans les points de repère du droit fiscal et du KYC

Tandis que les conseils d'un expert naviguant dans une foule de tracasseries liées à la violence peuvent être vraiment utiles, il est difficile de calculer à quel point .00001 de crypto vous a été profitable. Chaque fois que vous achetez un chewing-gum, vous aspirez toujours du vent des plus enthousiastes voiles

KYC / AML

La taxe sur les taxes est bien au-dessus des politiques Connaître votre client (KYC) et Anti-Money Laundering (AML). Les lois continuent de se durcir dans le monde entier, ce qui peut être un goulet d'étranglement pour les adoptants et les commerçants potentiels. Selon les nouvelles directives mondiales, par exemple, si une petite entreprise conserve un peu de crypto, techniquement, elle est un fournisseur de services de ressources virtuelles (VASP) et est soumise à des conditions de licence, des frais et des réglementations spécifiques.

Les traders soucieux de la vie privée souffrent également, certains d'entre eux pourraient potentiellement améliorer radicalement leur situation financière avec des crypto-monnaies, s'ils étaient autorisés à utiliser la technologie librement, en l'état. C’est vraiment dommage, alors que des moyens aussi simples, sûrs et rapides de créer de la valeur sont maintenant disponibles dans le monde. Certaines plates-formes, cependant, contrent la tendance invasive de KYC et tiennent fermement pour la confidentialité des utilisateurs, comme le site local local.bitcoin.com, récemment lancé, un marché où les utilisateurs indépendants peuvent effectuer des échanges en privé et en BCH via BCH. commerce crypté.

La Fed peut-elle tuer Bitcoin? Naviguer dans les points de repère du droit fiscal et du KYC

Dégagez le chemin

Le cœur de Bitcoin bat toujours, malgré toutes ces difficultés et toutes les tentatives de meurtre présumées du gouvernement américain. Si la Fed essayait de «le tuer», elle se tirerait une balle dans le pied, étant donné l’ampleur et l’interconnexion du marché qui s’est développé. En exigeant de tout savoir sur tout le monde et en essayant de contrôler le mouvement d'un argent qui n'a jamais été conçu pour avoir un dirigeant, l'État (à l'instar du flic routier qui effraie tout le monde sur la route) ne fait que créer davantage de congestion inutile. Permissionless est un beau mot.

Quel que soit le chemin emprunté pour naviguer dans ces réalités, c’est une décision que chaque individu est le seul à prendre. Mais, pour l’amour de Dieu, Fed, comme l’a si joliment déclaré John Galt, et tant d’innovateurs en crypto-impression le ressentent:

Dégage de mon chemin!

Quelle est votre opinion sur les taxes cryptographiques? Faites-nous savoir dans la section commentaires ci-dessous.

Déni de responsabilité: Cet article est un article d'opinion. Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur. Bitcoin.com n'est pas responsable du contenu, de l'exactitude ou de la qualité contenus dans l'article. Les lecteurs doivent faire preuve de diligence raisonnable avant de prendre des mesures en rapport avec le contenu. Bitcoin.com n'est pas responsable, directement ou indirectement, de tout dommage ou perte causé ou présumé avoir été causé par ou en relation avec l'utilisation de ou la confiance dans les informations contenues dans cet article d'opinion.


Images courtoisie de Shutterstock, utilisation équitable.


Saviez-vous que vous pouvez acheter et vendre BCH à titre privé en utilisant notre plate-forme de négoce locale Bitcoin Cash non dépositaire? Le marché Local.Bitcoin.com compte actuellement des milliers de participants du monde entier qui négocient avec BCH. Et si vous avez besoin d'un portefeuille Bitcoin pour stocker vos pièces en toute sécurité, vous pouvez en télécharger un ici.

Graham Smith

Graham Smith est un expatrié américain vivant au Japon et le fondateur de Voluntary Japan, une initiative dédiée à la diffusion des philosophies de la non-scolarisation, de la propriété individuelle et de la liberté économique au pays du soleil levant.

Une révolution a vu le jour dans le système économique mondial et cette révolution a pour nom de crypto monnaie. Contestées aux départs, il n’a fallu que quelques temps de cela pour que les cryptos commencent par s’imposer et adoptées dans plusieurs transactions financières. La première d’entre elles à avoir convaincu le cherche, le Bitcoin. nBitcoin, définition et bases d’utilisationnLe Bitcoin également abrégé BTC est une monnaie cryptographique ou plus simplement une cryptomonnaie. Il s’agit de manière plus précise d’un système de paiement pair-à-pair créé par un individu ou un groupe de personnes. La crypto à sa fabrication a souffert de quelques contestations à l’image de la G20 qui la considère comme une « crypto-actif » ne pouvant jouer le rôle d’une monnaie. Toutefois, le Bitcoin est accepté aujourd’hui par une multitude de personnes ainsi que plusieurs systèmes économiques dans le monde. Il n’est pas véritablement nécessaire de comprendre tous les détails techniques avant de commencer avec le Bitcoin. Dès que vous avez un wallet digital Bitcoin installé sur votre smartphone mobile ou ordinateur, vous bénéficiez d’une adresse Bitcoin pour les transactions. Il n’y a plus qu’à communiquer cette adresse à toute personne susceptible de réaliser des opérations avec vous.

Le Bitcoin est une monnaie électronique, dans certains cas appelée cryptomonnaie, la plus connue d’entre elles étant la première monnaie électronique au monde extrêmement décentralisée. Le Bitcoin est échangé grâce au système de pair à pair ( peer-to-peer ) avec une distribution appelé la « Blockchain ». Le taux de change du Bitcoin face au dollar américain et d’autres devises majeures, est est établi selon l’offre et la demande comme pour les autres taux de change. La valeur de partages du Bitcoin s’est révélée volatile en raison des piques instantanés de forte demande. Cependant, beaucoup voient dans le Bitcoin, comme une valeur refuge par rapport aux devises fiduciaires soutenues par le gouvernement. Le BTC ( le diminutif du Bitcoin ) est activement échangé face aux principales devises mondiales sur des marchés décentralisés. Les Bitcoins sont conservés dans des portefeuilles de Bitcoin, qui dépendent des clés publiques et de la cryptographie pour sécuriser ses Bitcoins à une entité ou à un utilisateur particulier. Par comparaison avec les monnaies mondiales classiques, le Bitcoin reste assez compliqué à appliquer sur des transactions fréquentes. Mais l’intérêt croissant et les importants investissements mondiaux dans le wallet digital Bitcoin et l’innovation Blockchain, ont néanmoins fait que l’achat et la vente de Bitcoin soient beaucoup plus accessibles à l’utilisateur qu’auparavant. En action, la compréhension grandissante des entités gouvernementales a amélioré l’ambiguïté du statut juridique et réglementaire pour le Bitcoin et ses plateformes d’échanges. Vous pouvez trouver l’historique du prix du Bitcoin sur notre graphique et les dernières nouvelles et analyses sur le taux de change de Bitcoin. Obtenez votre guide de trading sur les crypto-monnaiesDécouvrez en quoi les crypto-monnaies bouleversent les catégories d’actifs telles que nous les connaissonsQuelles sont les spécificités des cryptomonnaies et qu’est-ce qui les rend uniques ? Faites la part entre ’esprits animaux’ et investissements scientifiques dans ce marché explosif Téléchargez le guide sur crypto-monnaies

Le Bitcoin intrigue, inquiète et fascine, et depuis quelque temps tous les médias généralistes s’y intéressent. J’ai décidé de faire le point sur cette invention : qu’est ce que les Bitcoins ? Comment ça marche ? Quel sont ses avantages et ses désavantage. Bitcoin, c’est quoi ? Bitcoin est un système de paiement peer-to-peer. C’est une monnaie virtuelle ne dépendant d’aucune banque centrale et qui permet anonymement de régler des en ligne sans taxe et sans intermédiaire. Il est possible d’échanger ses Bitcoins contre d’autres monnaies ce qui en fait une véritable devise monétaire sujet à la spéculation. Stocké dans un wallet digital web ( un simple software ), les transactions sont chiffrées : on ne sait pas qui envoie et qui reçoit l’argent ce qui, pour certains, favoriseraient les établissements illicites. D’ailleurs, tout le monde a commencé à parler de Bitcoin lors de la fermeture de l’application Silk Road, un supermarché de la drogue dans le darknet. Pourtant, Bitcoin n’est pas un concept réaliser par des mafieux. Il s’agit d’une aptitude à l’échelle mondiale… Comment ça fonctionne les bitcoins ? Bitcoin fonctionne avec un logiciel et un protocole qui permet aux personnes d’émettre des bctoins et de assurer les transactions de façon collective et automatique. Le bon fonctionnement des négoces est garanti par une organisation générale que tout le monde peut regarder, car tout y est public : les protocoles de base, les algorithmes cryptographiques employés, les programmes les rendant opérationnels, les stastitiques des comptes et les débats des codeurs. Bitcoin se base sur une base de données distribuée : la chaîne de blocs. elle se trouve être à voir comme un très très gros livre de comptes qui contient toutes les transactions réalisées. Cette base de donnée est répliquée sur tous les utilisateurs des Bitcoins. La chaîne de blocs étant accessible à tous, tout le monde peux voir les opérations. Voici un site pour prendre rendez vous avec la blockchain et voir des informations détaillées sur toutes les opérations Bitcoin et les blocs. La monnaie est générée automatiquement par le «minage». Les «mineurs» effectuent des analyses pour le réseau afin de des opérations. Comme récompense pour leurs services, ils collectent des pourcentages de Bitcoin pour chaque mouvement validé. explicative sur comment bien utiliser Bitcoin ? Pas de panique, l’utilisation des bctoins est simple. Il est envisageable de commencer avec Bitcoin sans comprendre les renseignements techniques. Il suffit d’observer ces quelques phases : pour commencer, téléchargez et mettez en place un wallet digital sur votre station de travail. Le wallet digital est un software qui vous permet d’envoyer et recevoir des bitcoins. il existe de très nombreuses logiciels wallet digital, selon la façon dont vous voulez utiliser Bitcoin. Ils peuvent être déployé sous windows, linux, android, Mac…mais aussi en ligne sur un serveur web ( attention au piratage ! )

Une tâche sur les monnaies digitales vient d’être confiée au Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France, par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances Bruno Lemaire. Ce dernier l’a présenté hier, lors de ses vœux à la presse, en précisant que cette mission sera chargée de lui proposer des orientations sur le tweaking de la réglementation pour mieux en maîtriser le développement. L’objectif est aussi de pouvoir empêcher que ces crypto-monnaies – dont le bitcoin est la manifestation la plus incontournable – soient utilisées à des fins d’évasion fiscale, de blanchiment ou de financement d’activités criminelles ou de terrorisme, a ajouté Bruno Lemaire. « nous voulons une économie durable : nous refusons les risques de spéculation et les envisageables détournements financiers liés au bitcoin », a-t-il souligné dans son discours en ajoutant qu’il avait demandé que la présidence argentine du G20 se saisisse de cette question. nnLa biographie de Jean-Pierre Landau communiquée par le ministère de l’Economie et des Finances rappelle que ce diplômé de HEC et de Sciences Po est aussi passé par l’Ecole nationale d’administration ( ENA ). Il fut administrateur pour la France au FMI et à la Banque mondiale à Washington, de 1989 à 93, et directeur général de l’Association française des banques en 1999. De 2006 à 2011, sous-gouverneur de la Banque de France, il a été personnage du conseil d’administration de la Banque des règlements internationaux et membre du Forum de stabilité financière. nnLe Bitcoin, monnaie virtuelle hautement volatilenEn janvier 2014, Jean-Pierre Landau a notamment signé dans le Financial Times une tribune qui mettait déjà en garde contre la folie du bitcoin, qualifiée de « tulipe du 21ème s. » en référence à l’engouement pour le négoce des tulipes qui a saisi au milieu du 16ème s. les Pays-Bas ( alors Provinces-Unies ) générant une bulle spéculative autour du prix de ces fleurs. nnLe cours du Bitcoin, hautement volatile, a culminé à 16 500 euros ( près de 19 400 dollars ) le 17 décembre dernier et il tourne aujourd’hui autour de dix-mille € contre à peu près 1 100 € début avril 2017. Le neuf janvier dernier, l’Autorité des marchés financiers a réagi sur Twitter sur les risques associés au bitcoin après les propos d’une star de la télé-réalité vantant les placements en bitcoin, à la place d’un site permettant d’en discuter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *